Franco-Poèmes
Inscrivez-vous!     Connexion

Rechercher

Autres

Qui est en ligne

6 utilisateur(s) en ligne (5 membre(s) connecté(s) sur Poèmes et Phrases)

Membre(s): 0
Invité(s): 6

Plus ...

Licence

Licence Creative Commons
Poèmes :  L'enfant docile
 
[imgwidth=300]https://i74.servimg.com/u/f74/17/77/98/61/2019-027.jpg[/img]


L’enfant docile


L’enfant docile se hissera sur les temples
Avait dit la femme de bohème, au ton humble
Le poèle de bois chantonnait de ses flammes
Et ses lumières chargées, de belles oriflammes
Transportaient au soir, mille et mille chaleurs
Sur son corps qui s’accordait au flux généreux
¤
Tu te glissais aux émouvants instants heureux
Quand ta peine était absente, du maudit lieu
Que le vil alcool terrifiant, se cachait dans le fond
D’un corps imbibé qui se reposait du démon
Il se pavanait écoeurant, sur une couche futile
Qui pansait sa fatigue, par le feu ouaté des tuiles
¤
Un froid léchait l’unique rideau, coupant la pièce
D’un coté les parents, de l’autre tassés les enfants
Matelas de jute posé à nu, sur la terre trop glacée
Couverture de huit corps, l’un contre l’autre , serrés
Aucun ne recevait la chaleur, du fourneau gentillet
Se contentant d’enfumer, les soirées de la nuit glacée
¤
Quand l’heure venait au soir, sur le rideau de lin
Curieux mais inquiet, chacun se tournait l’œil malin
Ils surprenaient leurs regards, sur l’ombre du moment
Révélant les ébats tendres et violents des parents
La peur les prenait quand les bruits se fronçaient
Bruissaient au silence du bois moisi, se serrant discret
¤
Ils s’endormaient au trop tard, séance mourante
Tu rêvais de la pleine lune mystérieuse et dévorante
Tu traversais les mers, à la douceur des sillages perdus
Tu parcourais les plaines vertes, d’aventures inconnues
L’hiver fusionnait dans ce soleil, couchant chaud ta vie
Et à l’heure du réveil, tu sentais glacial ton corps refroidi
¤
Tu consommais la froideur insupportable du petit matin
Il te fallait rendre à chacun, ta vivace chaleur d’un câlin
Le fourneau compréhensible parfois, se rallumait bien têtu
Il te contait parfois lui aussi sa vétusté, s’éteignait trop repu
Au son indéfrichable, de tes indescriptibles tremblements
Qui dansaient à la mélodie castagnette, du forte de tes dents

Ce fut ton hier
Des matins de prières
Pour rester toujours fier
ƒC






je vais par vos hameaux cueillir vos jolis mots pour vous les rendre bouquets de poésie noués à mes vers toujours pour vous plus beaux

Auteur
tikalo
Auteur tikalo
Poèmes du même auteurPlus poèmes
Auteur rssAuteur rss
StatistiquesStatistiques
 
Poème
Date 25/01/2019 18:06:24
Lectures 14
Favoris 0
Licence Licence Creative Commons
Envoyer cet article à un amiEnvoyer
Format imprimableImprimer
Créer un fichier PDF à partir de cet articleCréer un fichier PDF
Récents
Solitude animale
De mon gier venu
tu y'en es retourné
Le poète solitaire
Sage petite fille
Random
Tout est noir
Ma raison (acrostiche)
Ami de la longue nuit
Ce mal, le chômage
Petit oiseau migrant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Étiquettes

Connexion

Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous !

Commentaires récents

Re: A mon ami Titi
Francoisetfier
15/03/2018 23:29
Re: FADES PENSÉES
bebertine
07/07/2014 09:47
Re: Le Balayeur
bebertine
05/06/2014 06:23
Re: Derniers Regards
bebertine
05/06/2014 06:19
Re: L'échange
bebertine
05/06/2014 06:10
Re: Ne laissez pas
alexandre
27/05/2014 00:10
Re: Ne laissez pas
bebertine
26/05/2014 07:31
Re: Au mois de mai
FRAOUA
04/05/2014 16:08
Re: Au mois de mai
bebertine
03/05/2014 15:13
Re: Mon pays
bebertine
28/04/2014 06:25