Franco-Poèmes
Inscrivez-vous!     Connexion

Rechercher

Autres

Qui est en ligne

11 utilisateur(s) en ligne (3 membre(s) connecté(s) sur Poèmes et Phrases)

Membre(s): 0
Invité(s): 11

Plus ...

Licence

Licence Creative Commons
Poèmes :  Le soldat de plomb
 
Open in new window




Le soldat de plom
¤
Ma saine cheminée de l’immense univers
Laissa tomber légère sa fine suie sur l’air
Et le monde merveilleux, étrange monde
S’endormit sous la lune dont lumière l’inonde

Eclats de lune qui traversent tous les pays
Béni de son luisant, le fond des petits nids
Pénètrent les beaux rideaux de soie à minuit
Et se nichent dans la belle verdure d’un tapis

L’attendait là, le vieux soldat de plomb
Depuis des ans et des ans il tourne en rond
Il a perdu la main de l’enfant centurion
Qui le menait à ces guerres de trublions

Debout las prés d’une colline de livres
A prendre les leçons d’un enfant ivre
Du bon savoir des formes à poursuivre
Pour attaquer de nouveaux jours à vivre

Quand l’ordre impératif se livrait sur sa fesse
Il entendait toujours du général une faiblesse
Mon petit gars le courage est ton adresse
Sur le front détruis- moi, ces viles paresses
¤
L’ennemi venait mettre en charpie son rogeron
Belle munition aux quatre heures des leçons
Et j’interpellais au loin, moi le soldat de plomb
- Mon petit gars le courage est un vrai pardon

Quand la lune mis le premier pied sur le jour
Le soldat de plomb gravit l’édredon balourd
Qui se laissa encercler en un seul petit tour
Puis attaqua le sursaut d’un rêve trop lourd

L’ennemi le jeta de son indolent corps diabolique
Derrière les contreforts d’un grand lit aphasique
Dévalant le pentu, entendit une voix emblématique
- Le vrai courage mon gars n’est pas empirique

Alors le bon soldat de plomb se leva tel Artagan
Soudain fut surpris par un brutal déferlement
Il comprit que de lui le lancier, le pic était dément
Une estocade avait-il porté à l’ennemi mécontent

L’ennemi réveillé interpella le lancier trop têtu
-Encore toi, mais la guerre est fini je n’ai plus
-L’Âge d’y jouer, je vais te jeter aux galères de la rue
-Et tu ne seras plus dans ma verdure cette verrue

Ecoute mon ennemi, reste mon ami regarde ma guerre
Ne la préfères- tu pas, à celle de ces adultes trop fiers
Joue avec moi, tu ne connaîtras plus la misère de tes pères
Car cet enfer vois-tu! Eux l’on expérimenté naguère.
©ƒC





je vais par vos hameaux cueillir vos jolis mots pour vous les rendre bouquets de poésie noués à mes vers toujours pour vous plus beaux

Auteur
tikalo
Auteur tikalo
Poèmes du même auteurPlus poèmes
Auteur rssAuteur rss
StatistiquesStatistiques
 
Poème
Date 29/05/2019 14:03:43
Lectures 6
Favoris 0
Licence Licence Creative Commons
Envoyer cet article à un amiEnvoyer
Format imprimableImprimer
Créer un fichier PDF à partir de cet articleCréer un fichier PDF
Récents
Ô ivre saveur
Ô corps avsent
Ô fpete éternelle
l'horizon
Ô beau défi
Random
Oignon piquant
Ô mon coeur
Oria & Orion
Petir roitelet on s'aime, on a faim
Aux entrailles de notre feu
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Étiquettes

Connexion

Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous !

Commentaires récents

Re: A mon ami Titi
Francoisetfier
15/03/2018 23:29
Re: FADES PENSÉES
bebertine
07/07/2014 09:47
Re: Le Balayeur
bebertine
05/06/2014 06:23
Re: Derniers Regards
bebertine
05/06/2014 06:19
Re: L'échange
bebertine
05/06/2014 06:10
Re: Ne laissez pas
alexandre
27/05/2014 00:10
Re: Ne laissez pas
bebertine
26/05/2014 07:31
Re: Au mois de mai
FRAOUA
04/05/2014 16:08
Re: Au mois de mai
bebertine
03/05/2014 15:13
Re: Mon pays
bebertine
28/04/2014 06:25

Plus lus récemment